La roue de l'année
chez les anciens scandinaves

Quel sujet délicat que celui des fêtes et des célébrations païennes. Les livres modernes qui traitent du sujet nous ont habitué à une roue de l'année divisée en huit fêtes païennes : Imbolc, Ostara, Beltane, Litha, Lughnasadh, Mabon, Samhain et Yule. Pourtant, aucune tradition dans le monde n'a jamais historiquement fêté l'ensemble de ses huit fêtes, encore moins les traditions scandinaves. Ces huit fêtes réunies sur une seule et même « roue » sont une tendance du 21e siècle qui pioche dans plusieurs cultures sans approfondir l'historicité des dites fêtes.

Pour déterminer les fêtes qui existaient en Scandinavie durant l'ère pré-chrétienne, nous nous baserons sur les textes de Snorri Sturluson (historien du XIIIe siècle). Dans le chapitre 8 de la Ynglinga saga, l'historien évoque trois grandes fêtes qui avaient lieu durant l'année :

 

« Þá skyldi blóta í móti vetri til árs, en at miðjum vetri blóta til gróðrar, frappez þriðja at sumri, þat var sigrblót. »

 

« un sacrifice devait avoir lieu vers l'hiver pour une bonne saison, un au milieu de l'hiver pour les récoltes et un troisième en été; c'était le sacrifice pour la victoire. »

 

Avant d'approfondir chacune des fêtes, faisons un point général.

Ces trois fêtes sont Vetrnætr fêtées au début de l'hiver, Jól fêté au milieu de l'hiver et Sigrblót fêté au début de l'été. Nous n'avons pas vraiment de source sur les dates précises de ses fêtes, néanmoins nous pouvons en déduire des dates très probables. Les scandinaves se basaient sur un calendrier luni-solaire, donc il est fort probable que les dates des fêtes variaient en fonction du cycle de la lune.

 

Jól (également appelé Yule) avait lieu au milieu de l'hiver pendant trois jours. Si l'on se fit au calendrier luni-solaire, elle a lieu lors de la pleine lune qui suit la première nouvelle lune après le solstice d'hiver, ce qui généralement, arrive courant janvier.

Sigrblót avait lieu au début de l'été (qui commence le 14 avril sur le calendrier islandais), donc très probablement lors de la pleine lune qui suit le premier jour de l'été, ce qui généralement arrive vers la fin avril ou début mai.

Vetrnætr sont les nuits d'hiver, célébrées au début de l'hiver pendant trois jours, donc probablement à la pleine lune qui suit le premier jour de l'hiver (14 octobre sur le calendrier islandais).

 

A ces trois fêtes, nous pouvons rajouter deux fêtes mineures qui sont attestées dans certains textes historiques (Austrfaravísur, Hervarar saga ok Heiðreks konungs et Ynglinga saga) mais qui semblaient être des fêtes locales.

L'alfablót, qui devait avoir lieu au début de l'hiver et le disablót qui, selon les sources avait lieu soit en hiver, soit vers le début de l'été.

Plus tard, avec le renouveau du paganisme, plusieurs fêtes modernes se sont rajoutées au calendrier.

 

Voici un diagramme qui je l'espère, aidera à mieux visualiser le calendrier des fêtes de l'année scandinaves à l'ère pré-chrétienne.

calendrier-scandinave3.jpg

Bien sûr, le diagramme ci-dessus reste une tentative de reproduction d'un calendrier tel qu'il aurait pu être. Je l'ai simplifié afin qu'il soit compréhensible pour tous les lecteurs. Le calendrier était en réalité, plus compliqué que cela à cause des 4 jours rajoutés en été et des années bissextiles. De même pour le premier jour de l'été et le premier jour de l'hiver ; en Islande le jour exacte pouvait varier en fonction du jour de la semaine mais je me suis permise de le fixer à un jour précis, car dans le folklore scandinave, le premier jour de l'été est bien le 14 avril, et celui de l'hiver le 14 octobre.