MESOLITHIQUE

Les premières traces de civilisations qui apparurent en Scandinavie furent des groupes de chasseurs-cueilleurs qui avaient suivit leurs proies, les rennes, qui elles-mêmes suivaient la fonte des glaces.

Vers 5400 avant J.-C apparaît la civilisation d'Ertebølle, au nord de l'Allemagne, au Danemark et au sud de la Norvège cette civilisation se maintiendra jusqu'au alentour de 3900 avant J.-C. A cette époque, la Scandinavie connaît le climat dit Atlantique avec une poussée de nouvelles espèces d'arbres comme le hêtre par exemple.

Les Ertebølliens, tout comme les civilisations qui les ont précédés (les Magdaléniens et les Kongemosiens) ont dû établir des rapports avec des périodes qui s'enchaînaient et qui affectaient leur environnement, la faune, la flore mais également leur propre corps. Le climat établi en Scandinavie permettait de se rendre compte facilement des changements répétitifs de la nature. Il est très probable que les Ertebølliens se soient rendu compte du rapport entre les mouvements de la lune et du soleil et les changements de leur environnement. Le mouvement et les cycles de la lune sont très facilement observables (plus facilement que ceux du soleil) alors il y a des raisons de penser que de tels mouvements aient pu être notés tel un tout premier calendrier lunaire. Durant cette période, la Scandinavie avait un climat plus chaud et les marées étaient très marquées. L'influence de la lune était donc davantage visible.

Il n'est pas possible d'affirmer que des calendriers lunaires aient pu exister pendant le mésolithique scandinave car les preuves archéologiques manquent. Néanmoins nous pouvons faire des suppositions en fonction des sources iconographiques de l'époque. A Ageröd, dans le comté de Scanie en Suède, il a été découvert un outil triangulaire en corne de renne, sur lequel figure une spirale avec des pointillés qui suivent le trait et s'écartent parfois vers les lignes supérieures. Les pointillés donnent une impression de rayonnement. Cet outil aurait servit pour ramasser les racines mais comme il ne présente pas de trace d'usure, on peut suggérer un usage rituel.

Dans son livre « Le soleil et la lune dans le paganisme scandinave » l'auteur Patrick Ettighoffer établit un parallèle entre cet outil et l'os exhumé dans la caverne du Taye en France, ce qui « incite à interpréter la présente figure comme une sorte de calendrier lunaire. » La ressemblance entre les figures des deux artefacts serait, selon Patrick Ettighoffer « trop frappante pour qu'elle soit le simple fait du hasard ! »

Une iconographie très présente dans le mésolithique scandinave est le « zig-zag ». Présent sur de nombreuses céramiques, les ornements en zig-zag représentent l'alternance de ses cycles, l'apparition et la disparition de la lune et du soleil. Ce cycle d'apparition et de disparition perpétuel fait partie non seulement de l'iconographie scandinave mais est aussi fondamental dans l'idéologie des Nordiques. L'idée de « vie, mort et renaissance » semble avoir guidé toutes les civilisations scandinaves à travers la préhistoire jusqu'à au-delà puisqu'elle est présente dans la mythologie nordique. Ce cycle est à prendre en compte à l'échelle d'une vie humaine et au-delà mais aussi à l'échelle annuelle voire quotidienne. La vie, mort et renaissance est présente tant dans les principes qui régissent le monde que dans le cycle annuel et perpétuel.

blanchard.jpg

Illustration : Os de la caverne du Taye en France (datant du paléolithique supérieur). Partie recto et agrandissement des marques fait par Alexander Marshack. L'ensemble des marques de la partie recto correspondrait à une période lunaire de deux mois et demi.